mercredi 15 août 2018

L'eau ferri-ferrugineuse, oui !


Ce billet en forme de tranche de vie vient de m'être inspiré par @vasyjuly au cours d'un bref échange sur Twitter. Il est fait à l'arrache donc pardon pour les fautes d'orthographe, de conjugaison et de syntaxe.

Un lundi de l'an 2007. Comme tous les lundi Nono est fermé. Comme tous les lundi à huit heures trente il est déjà rentré de chez Promocash et a déjà tout rangé. Comme tous les lundi à cette heure j'aime venir user mes coudes sur le formica du Duguesclin, le temps d'un café avec son tenancier.
Sauf que ce jour-là nous le buvons rapidement car une mission de la plus haute importance nous incombe : un casse-croûte chez Marcel à 9h30 !
Comme nous sommes des gens pragmatiques, prêts à tout sauter sauf un repas, nous faisons l'inventaire des victuailles :
- t'as pris quoi Frédo comme bidoche ?
- trois côtes échines marinées et trois entrecôtes. Et toi ?
- deux bouteilles de péteux, deux bouteilles de rouge et une vendanges tardives.
- ça risque pas de faire un peu juste, on est trois quand même !

Direction chez Marcel, qui gueule à notre arrivée parce que le barbecue est prêt et qu'"on aura pas trop le temps de se poser avant de bouffer". Challenge accepté. On pète les deux bouteilles de Crémant avant de manger. Ouf. La suite se passe normalement et en une heure il ne reste plus rien, si ce n'est quelques braises et cinq cadavres. Et là messieurs dames, ça tourne à l'Audiard :
Arnaud : bon magne-toi le cul Frédo j'ai rendez-vous chez Descamps (son MG) dans un quart d'heure.
Moi : …………………..
Marcel : Eh les mecs vous remballez les cadavres, la grande rentre dans une heure, j'ai pas envie de me les prendre dans la tronche !

Et nous voilà repartis en direction de Pacy, dans une bagnole qui fait gling-gling à chaque virage. Je dépose Nono chez son toubib et rentre at home me rafraichir car devant présenter un devis de 41 KE le jour même à 14h.
Midi. Arnaud m'appelle pour me faire part du résultat de sa consultation :
- Frédo, mon petit ?
- ui
- le doc m'a dit que tous les voyants étaient au vert et qu'il fallait que je continue mon régime.

Crois-moi si tu veux, nous sommes restés deux minutes au téléphone à rire sans pouvoir sortir un mot:-)))

Et j'ai décroché mon chantier \o/

PS : Mis à part ce lundi ma mémoire est pleine d'anecdotes d'agapes et de canons engloutis dans l'arrière salle du Duguesclin.
C'est là :
https://www.youtube.com/watch?v=sYUOgNHKBi8







Aucun commentaire:

Publier un commentaire